Élargir Ville-Marie équivaut à une autoroute urbaine plus grande

Ainsi, pourquoi dépenser des millions pour remplacer seulement une partie d’une autoroute qui est relativement en bonne condition? Remplacer l’autoroute Ville-Marie donne l’occasion au MTQ de l’élargir, passant de 8 voies au total à 9 voies (incluant celle réservée aux autobus), plus des accotements. Cette autoroute n’assure que l’aller-retour du centre-ville de Montréal. À l’ère où de nombreuses cités suppriment leurs autoroutes urbaines, Québec choisit d’en bâtir de plus grandes.

Pour donner l’impression que l’autoroute Ville-Marie se voit réduite, on la renommera « route nationale », la Route 136. Cela demeure très illusoire : en rallongeant les voies de convergence et en ajoutant un accotement des deux côtés, l’autoroute Ville-Marie drainera plus de voitures vers le centre-ville de Montréal déjà congestionné.

Gabarite_VM_actuel_MTQ.jpg
L’autoroute Ville-Marie actuelle : gauche; la future « Route 136 » : droite

L’autoroute Ville-Marie sera également abaissée au sol et entourée de hauts murs et de talus en terre. Ainsi, on augmentera le degré de pollution à la quelle les résidants de Saint-Henri sont exposés, et créera une sensation « d’être emmurés ». Cliquer ici pour en apprendre davantage sur les effets que ressentira Saint-Henri.

coupe VM.jpg
Cette coupe transversale due la future autoroute Ville-Marie montre les murs (bâtis sur des talus en terre qui la délimiteront.

Les autoroutes 20 et Ville-Marie auront une voie réservé pour les autobus, même si cette dernière ne continuera pas sur l’échangeur Turcot lui-même, rendant en grande partie inutiles les voies réservées aux autobus de chaque côté.

Français